Photo Gâteau d’Anniversaire – 10 points à connaître

Avec cette photo gâteau d’anniversaire, je désire lancer une nouvelle rubrique sur mon blog. Je vais l’appeler Mes Analyses Photos.
L’idée ici est de prendre une photo pour en faire une analyse complète :

  • choix techniques
  • Cadrage
  • Gestion de la lumière
  • Post-traitement si utilisé

Cette rubrique vous permettra de comprendre comment je construis une photo, les choix que j’ai fait et bien sûr les axes d’améliorations puisqu’il y en a toujours.

Vous le verrez d’ailleurs dans cette première photo. 😉

Photo gâteau d'anniversaire

50mm – f/2.8 – 1/60s – ISO 1600

1- Anticiper

Pour cette photo, j’avais une idée bien précise du rendu que je voulais. Comme vous vous en doutez, ce n’est pas une photo prise sur le vif.
Je maîtrisais le moment de l’arrivée du gâteau et la lumière dont j’avais besoin. Ce qui m’a permis d’anticiper mes réglages, ma position, l’endroit, l’intensité de la lumière et le cadrage.
Elle était vraiment impatiente de souffler ses bougies et manger son gâteau donc je savais que le moment serait très court.

Et si vous me suivez depuis un moment, vous savez que je ne suis pas du genre à commander l’enfant. Je ne voulais pas lui dire :
Attends deux secondes que je fasse les derniers réglages. Non, Non ne souffle pas maintenant !!!”
Elle se serait impatientée, agacée et j’aurais cassé l’instantanéité de ce moment. Je voulais absolument avoir son regard à la découverte de son gâteau.

Et vous verrez que, malgré ça, je n’ai pas tout anticiper, mais j’y reviens plus bas.
Un peu de suspense ! 😉

 

2- Préparer la scène

Pour préparer ma scène, j’ai fait attention à deux choses : son confort et la lumière.

La lumière

C’est très simple, je voulais que son visage ne soit éclairé que par la lueur des bougies. Le but était d’avoir cette belle couleur orangée sur son visage.
Donc un conseil, éteignez toutes les lumières. Si vous laissez une lumière ambiante, vous aurez plus de mal à avoir cette belle couleur. L’éclairage, suivant sa nature (néon, led…), peut venir perturber la balance des blancs et il sera nécessaire de passer par une phase de post-traitement pour rattraper le coup.

Et vous aurez également plus de mal à avoir ce noir profond autour de l’enfant puisque l’arrière-plan sera éclairé par la lumière ambiante.

Son confort

Et oui, là, il n’y a pas de secret. Si vous voulez capter une belle expression sur le visage de l’enfant, il faut qu’il soit à l’aise. J’ai choisi une chaise suffisamment haute pour que ces yeux se situent juste au-dessus des bougies.

L’autre raison était qu’il fallait qu’elle puisse suffisamment se rapprocher de la seule source de lumière; les bougies; qui je vous rappelle n’éclairent pas beaucoup. 🙂
L’avantage d’avoir éteint la lumière ambiante, c’est que vous pouvez demander à quelqu’un de se mettre à côté juste au cas où sans risque de la voir apparaître sur la photo.

Et oui, je vous avais dit qu’une bonne anticipation et une bonne préparation vous servirez. 😉

 

3- La balance des blancs

Il faut savoir que la température de couleurs d’une bougie se situe entre 1000 et 2000 °K. C’est à dire qu’il s’agit d’une source de lumière chaude ce qui explique la couleur très orangée. 😉
Pour vous donner un point de comparaison, la couleur de la lumière disponible à l’ombre en pleine journée est considérée comme froide (teinte bleutée environ 7200°K).

Pour en revenir à notre photo du jour, je voulais bien entendu garder cette couleur orangée sans la dénaturer donc trois possibilités de réglages :

  • soit vous avez la possibilité sur votre appareil de régler directement la température de couleur. Dans ce cas, vous réglez la plus basse possible (généralement autour 2800 °K)
  • soit vous pouvez sélectionner le mode “Tungstène” disponible sur la plupart des appareils photo. Le nom peut changer suivant la marque, mais le symbole est celui-ci:

Photo gâteau d'anniversaire

C’est le mode prédéfini se rapprochant le plus de la température de couleur de la bougie (3200 °K).

  • Et si vous avez respecté mon conseil d’éteindre la lumière ambiante, le mode auto devrait également bien se comporter puisqu’il n’y a qu’une seule source de lumière à gérer.

 

4- La mesure de lumière

Comme vous vous en doutez, j’ai fait ma mesure de lumière sur le point le plus lumineux de la photo: son visage forcément. 🙂
Mais pour faire ça, j’ai utilisé le mode de mesure de lumière SPOT.
Il permet d’utiliser seulement 4 à 5% de l’image pour faire la mesure d’exposition ce qui convient parfaitement à la situation vue que tout le reste est noir.

Cet article vous permettra d’en savoir plus sur le sujet :

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu:   La photo - Récit d'un changement de vie

 

5- Les réglages techniques

Une fois que j’ai choisi l’endroit où faire la mesure de lumière, il faut régler l’exposition en jouant sur les 3 paramètres fondamentaux :

  • l’ouverture du diaphragme
  • la vitesse d’obturation
  • la sensibilité ISO

En introduction et pour ceux qui ne sont pas encore familiarisés avec ces paramètres, je vous invite à lire l’article complet sur le sujet :

L’ouverture du diaphragme

Ce paramètre est très simple à configurer.
Sans vous poser de questions, il faut ouvrir en grand. Il n’y a qu’un seul sujet sur cette photo, j’ai donc ouvert mon diaphragme au maximum en l’occurrence f/2,8. Si votre objectif le permet, vous pouvez aller jusqu’à f/1,8 voire f/1,4.

Ce choix m’a permis de faire rentrer un maximum de lumière dans mon objectif.
Par contre, à grande ouverture, la profondeur de champ étant très étroite, il sera nécessaire d’être très précis sur la mise au point, mais j’y reviens plus bas. 😉

La vitesse d’obturation

Comme elle est relativement immobile dans cette situation, je n’ai pas eu besoin d’utiliser une vitesse d’obturation trop rapide. Et bien heureusement puisqu’avec le peu de lumière disponible, ça aurait été problématique.

J’ai donc fait attention à une seule chose : éviter le flou de bougé.
Pour rappel, c’est le flou induit non pas par les mouvements du sujet, mais par les légers mouvements mêmes infimes du photographe.
En l’occurrence les miens.

Il est important de respecter la règle suivante :

  • ne pas descendre à une vitesse en dessous de 1/focale. Si vous photographiez avec une focale 50mm par exemple, votre vitesse ne doit pas être inférieur à 1/50s.

Je vous conseille également de bien vous stabiliser. Pour éviter de monter trop la sensibilité ISO (comme on va le voir juste après), vous allez vouloir utiliser une vitesse la plus lente possible.

En mettant vos coudes sur la table ou si vous avez la possibilité de poser votre appareil photo, vous augmenterez la stabilité et c’est une précaution supplémentaire surtout quand on flirte avec la limite. 😉

La sensibilité ISO

Malheureusement, même si vous utilisez une grande ouverture du diaphragme et une vitesse la plus lente possible, la lumière disponible étant faible, il sera forcément nécessaire de monter en ISO.
Ce qui implique une dégradation de l’image en générant ce fameux bruit numérique.

Heureusement pour nous, les appareils photo récents ont fait énormément de progrès dans la gestion de ce bruit numérique donc le résultat devrait quand même être très bon. Il est même fort probable que le bruit numérique soit imperceptible tant que vous ne zoomez pas sur la photo.
Chose qui, vous en conviendrez, arrive très rarement quand vous montrez vos photos.

Donc pas de panique ! 🙂

Et en respectant ce que je vous ai conseillé pour l’ouverture et la vitesse, vous ne devriez pas avoir besoin de trop monter cette valeur. En tout cas pas dans des valeurs extrêmes. Pour faire ce réglage, regardez la valeur de l’exposition que vous retourne votre appareil photo après avoir réglé l’ouverture et la vitesse.

Il vous suffira de régler la sensibilité ISO pour affiner l’exposition.

 

6- La mise au point

C’est très simple. L’œil humain est naturellement attiré par ce qui lui ressemble.
Donc si un regard est inclus dans la photo, l’œil du spectateur ira naturellement se poser sur lui.

C’est le point central de cette photo : Son regard.

Photo gâteau d'anniversaire

Comme vous le voyez sur la photo, j’ai fait la mise au point sur son œil gauche.
Pourquoi ?
La raison est toute simple. Il faut toujours faire la mise au point sur l’œil le plus proche de vous.

Il y a une règle immuable qu’il faut savoir et retenir lorsqu’on fait une mise au point :

  • la zone de netteté est plus grande derrière que devant. En gros, la répartition est de ⅔ derrière l’endroit de la mise au point et ⅓ devant.

Dans notre cas, si vous ne prenez pas la photo de face, les yeux ne seront pas sur le même plan. Donc en faisant la mise au point sur l’œil le plus en avant, vous avez plus de chances d’avoir les deux nets.

 

7- Le cadrage

J’ai voulu respecter la règle des tiers pour que son regard tombe sur un point de force et laisser de l’espace vide en direction de celui-ci.
Ça renforce le regard et ça m’a permis d’intégrer la totalité du gâteau. Pour ce faire, j’ai sélectionné un des collimateurs de droite pour obtenir le cadrage souhaité.

En complément, si vous ne l’avez pas encore fait, je vous conseille de lire les articles suivants. Ils vous permettront d’en savoir plus sur la mise au point et la règle des tiers :

 

8- Le petit plus

Et là, je reviens sur les choix que j’ai faits au début pour bien l’installer confortablement. En prenant la chaise adéquate, elle s’est naturellement avancée vers le gâteau pour souffler les bougies dès qu’il est arrivé devant elle.
Et il me restait juste à prendre les photos de ce moment.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu:   Réglage Dioptrique - Euh c'est quoi ? (3/52)

Euh et le petit plus il est où !!!!

Il est dans les petites étincelles qu’elle a dans ces yeux. Ce qu’on appelle dans le jargon de la photo : un Catch Light (cliquez sur le nom pour aller lire mon article sur le sujet).
Comme j’ai soigneusement utilisé la chaise à la bonne hauteur, je savais que j’obtiendrais ce reflet des flammes dans ces yeux.

Cela m’a permis de rajouter un côté pétillant dans son regard.

Malheureusement, si la chaise est trop haute ou trop basse, ce reflet n’apparaîtra pas dans ces yeux et vous aurez perdu une bonne occasion de sublimer son regard en y apportant le petit plus qui fait toute la différence.

Pour vous convaincre, j’ai enlevé ce Catch Light pour que vous voyiez la différence. Cliquez sur les photos pour les agrandir.

9- Maîtriser vos convives

Alors qu’est-ce que j’insinue par là. Vous allez voir, c’est très simple à comprendre, mais un peu plus compliqué à appliquer.
Vous avez pris le temps de tout préparer, de tout anticiper sauf une chose. Et je peux vous assurer que cette chose arrivera si vous n’y prêtez pas attention.
Vos convives veulent aussi prendre en photo le moment ou l’enfant va souffler ces bougies. Mais si vous vous rappelez bien, vous avez éteint toutes les lumières et dans cette situation vous aurez un ennemi : Le Flash !!!

Si au moment important, le flash d’un autre appareil photo ou d’un smartphone est émis, votre photo sera complètement ratée.
La couleur, des ombres partout, l’arrière-plan sera éclairé, l’enfant risque même de fermer les yeux au moment du flash. Tous les réglages que vous aurez fait (balance des blancs, les 3 paramètres…) voleront en éclats en un clin d’œil ou plutôt en un coup de flash.

Donc la seule solution est d’expliquer à votre entourage votre démarche et le résultat que vous souhaitez obtenir. Et pour y arriver, il ne faut pas de flash.
On désactive le flash ou on ne prend pas de photos. 😉

C’est un peu directif, je le conçois, mais si vous voulez réussir cette photo, vous n’aurez pas le choix.

 

10- L’axe d’amélioration

Il est tout simple et il concerne le cadrage. Vous allez voir qu’il s’agit d’un détail, mais qui touche le contexte et l’histoire de cette photo. Et je dois avouer que je suis mécontent de ne pas avoir été plus rigoureux malgré toute la préparation que j’ai pris le temps de vous détailler dans cet article.

Comme quoi parfois, en photo, la rigueur doit être jusque dans les moindres détails. 🙁
Le problème vient des bougies. Cette photo a été prise dans un contexte particulier : l’anniversaire de ces 3 ans.

Malheureusement, à la prise de vue, je me suis concentré sur son regard, son expression, mais j’en ai oublié l’histoire de cette photo. Dès le premier coup d’œil, le spectateur doit comprendre que cette photo immortalise ces 3 ans.

Cette petite erreur de cadrage a enlevé cette information et c’est bien dommage.

 

Pour conclure l’analyse photo Gâteau d’Anniversaire

Voilà pour cette première analyse photo. Elle peut vous paraître un peu longue, mais c’est volontaire pour plusieurs raisons. La première est que je veux vraiment vous exposer ma méthode.
Elle n’est ni la seule et encore moins la meilleure, mais c’est la mienne. Elle me permet de m’épanouir en photo et ces articles me permettront de la partager avec vous.

Je veux également qu’à la lecture de ces analyses, vous puissiez voir ou revoir les bases de la photo en tout cas pour les premières. Ensuite, je mettrai beaucoup plus l’accent sur la composition, le dynamisme, les formes, les contrastes de couleurs voire le post-traitement qui permettent de sublimer une photo.

J’aimerais également faire certains articles dans cette nouvelle section en analysant certaines de VOS photos.

Je vous invite à me laisser un commentaire si vous avez des questions, si vous avez aimé cette première analyse photo. J’aimerai également savoir si cette rubrique est susceptible de vous intéresser pour que je puisse en planifier d’autres.

Et pour ceux n’ayant pas récupéré le “kit de voyage du Photographe Débutant” vous trouverez un formulaire en dessous de l’article et sur le côté pour en faire la demande.
Il contient 14 fiches pour supprimer les 5 frustrations du Photographe Débutant.

 


Une autre analyse photo peut vous intéresser


 

Partager l'article :
  •  
  •  
  • 104
  •  
  •  
  • 116
    Partages

Cet article a 6 commentaires

  1. Wow vraiment intéressant comme article, merci beaucoup

    1. Merci pour votre commentaire, je suis ravi qu’il vous plaise. 🙂
      C’est le premier article “Analyse Photo” que je publie. Je trouvais le concept intéressant de partir d’un cas concret et de vous présenter mes choix et ma méthode pour y arriver.
      Je vous en réserve d’autres dans les prochaines semaines. 😉

    1. Merci pour ce commentaire qui me fait vraiment plaisir, c’est exactement le but recherché par cet article donc c’est parfait. Je suis allé voir votre photo et j’aime beaucoup. Le moment du soufflé des bougies est toujours sympa à prendre en photo avec la fumée qui s’en dégage. Je trouve aussi très bien l’expression du deuxième enfant. Il est absolument captivé par ces petites flammes. Et l’adulte derrière (le papa peut-être) qui surveille se qui se passe. Cette scène est vraiment bien retranscrite et le seul éclairage des bougies permet de rendre le tout très intimiste.
      Le petit truc un peu dommage ce sont ces ombres juste en dessous de ses yeux dues au fait qu’il soit proche et bien au-dessus des bougies au moment de souffler.
      Mais on a pas toujours le choix. En tout cas bravo.

  2. Hyper intéressant comme concept d’article !
    Et c’est là qu’on se rend compte du chemin qu’il reste à parcourir ! Jamais je n’aurais été capable d’anticiper autant de choses !

    1. Ravi qu’il vous ai plu. Oui, c’est certains qu’au début, on a l’impression de devoir gérer pleins de choses à la fois, mais finalement, avec le temps et la pratique, tout ça devient presque naturel.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu

Recevez l'E-book - 15 astuces pour photographier des enfants