4 questions à se poser avant de déclencher (6/52)

Je vous propose aujourd’hui de prendre quelques secondes de réflexion, pour décider et visualiser la photo que vous souhaitez faire. Je vous partage les 4 questions à se poser avant de déclencher.

L’idée est de ne plus déclencher à tout va en espérant qu’au moins une photo dans le lot sera bonne.
Prendre une photo demande de composer avec la lumière disponible et le rendu esthétique que vous recherchez. Mais pour être efficace, il est nécessaire de se fixer une priorité qui conditionnera le reste de vos choix. Si vous ne le faite pas, vous allez partir dans tous les sens et vous aurez l’impression de devoir gérer un milliard de choses en même temps.

4 questions toutes simples vont vous permettre de structurer votre prise de vue et vos choix.
Cette phase va vous amener à configurer plus précisément le Triangle d’Exposition défini par:

  • L’ouverture du diaphragme
  • La vitesse d’obturation
  • La sensibilité ISO

 

Question N°1 – Qu’est ce que je veux photographier ?

S’agit-il d’un bébé, d’un enfant, d’un animal, d’un objet, d’une voiture, d’une architecture…
En fonction du type de sujet à photographier, vous n’aurez pas à faire les même choix. 

Cette première question va vous permettre d’étudier votre sujet et de percevoir rapidement les quelques contraintes auxquelles vous devez faire face.
Il est intéressant également d’analyser la scène devant vous pour repérer ce qui serait intéressant d’utiliser ou même d’incorporer dans la photo.
L’idée est vraiment d’analyser au mieux votre sujet et le contexte dans lequel il se trouve. Alors pas d’inquiétude si cet exercice est un peu compliqué au début. C’est tout à fait normal. 😉
En pratiquant, cette analyse se fera sans même vous en rendre compte.
Le conseil que je peux vous donner pour trouver l’inspiration et aiguiser votre oeil de photographe, c’est de regarder des photos sur internet pour vous imprégnez de ce que font d’autres photographes sur le même thème.
Vous verrez qu’en pratiquant et en regardant le travail des autres, l’inspiration viendra de plus en plus facilement.

 

Question N°2 – Est-il en mouvement ?

Après cette analyse de votre sujet et de son contexte, vous allez devoir choisir le paramètre prioritaire pour réaliser la ou les photos que vous souhaitez.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu:   Comment progresser en photo avec le film La La Land ? (34/52)

Si c’est un objet ou un monument par exemple, la réponse est bien évidemment non. Dans ce cas là, vous pouvez passer directement à la question 4 puisqu’aucune gestion du mouvement n’est nécessaire.

Par contre, si c’est un enfant ou un animal par exemple, il va falloir analyser leurs mouvements.
Ce qui nous amène à la question suivante.

 

Question N°3 – Si oui, faut-il le figer ?

4 questions à se poser avant de déclencher

Si l’enfant est en train de faire du vélo ou de la balançoire pour ne prendre que ces exemples, il sera important de figer le mouvement pour ne pas qu’il soit complètement flou.
De là, un paramètre doit être prioritaire sur les autres: la vitesse d’obturation.
C’est elle qui va vous permettre de contrôler le mouvement de votre sujet.

Par exemple, pour un enfant en train de courir, je vous conseille de ne pas descendre en dessous de 1/300s pour être certains de bien figer son mouvement.
Vous pouvez quand même tenter avec une vitesse inférieure mais vous aurez assurément des photos floues. Et si vous ne pouvez pas faire autrement (notamment en cas de manque de lumières), activez le mode rafale qui vous permettra d’en avoir au moins une bien nette.
Bien entendu, si l’enfant fait du vélo, ces mouvements seront encore plus rapides donc une vitesse d’obturation plus élevée sera nécessaire.

Une fois ce réglage de la vitesse d’obturation effectué, il sera important de ne pas y revenir sauf si un léger ajustement est nécessaire en dernier recours.

Ce paramètre répondra à votre exigence sur le rendu esthétique de votre photo. Reste maintenant à s’occuper des 2 autres paramètres (ouverture du diaphragme et sensibilité ISO) qui eux répondront à votre exigence en terme d’exposition.

Si vous êtes en mode Priorité Vitesse, c’est votre appareil photo qui se chargera de configurer ces paramètres pour obtenir une bonne exposition.
Si vous utilisez le mode Manuel, se sera à vous de le faire.

Je vous invite à lire ma série d’articles sur “Comment passer au mode Manuel en 3 étapes” si vous rencontrez des difficultés à utiliser les 3 paramètres du triangle d’exposition et les modes semi-auto et manuel:

Mais si la vitesse d’obturation n’est pas le paramètre prioritaire, passons à la dernière question.

Question N°4 – Si non, quelle profondeur de champs ?

4 questions à se poser avant de déclencher

Si vous jugez qu’il n’est pas nécessaire de se concentrer sur son mouvement parce qu’il est faible ou inexistant, votre attention devra se porter sur la profondeur de champs. 

Et pour ça, un paramètre deviendra prioritaire: l’ouverture du diaphragme.

Jouer sur la profondeur de champs permet de bien mettre en valeur un portrait, un regard, le détails d’un bébé (ces petites mains, son nez, ces pieds)…
Le choix de l’ouverture dépendra également de votre sujet. Si c’est un enfant, une trop grande ouverture (ex: f/1.8) pourrait engendrer un flou de mise au point si l’enfant bouge au moment de prendre la photo.
Et oui, une telle ouverture entraîne une très faible zone de netteté (certaines fois quelques centimètres). Donc si vous faites la mise au point sur son oeil et que l’enfant bouge juste avant de prendre la photo, son oeil sortira de cette zone de netteté.
Dans ce cas, il sera préférable de ne pas descendre en dessous de f/2.8, vous offrant une marge de sécurité un peu plus importante.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu:   Batteries pour son appareil photo: bien choisir ! (23/52)

Si c’est un nouveau-né, une grande ouverture (ex: f/1.8) vous permettra d’avoir un très joli flou d’arrière plan. Et comme il bouge très peu, la faible zone de netteté sera moins problématique.

De la même manière que pour la vitesse d’obturation, une fois l’ouverture du diaphragme réglée, la vitesse d’obturation et la sensibilité ISO serviront à obtenir la bonne exposition.

 

En Conclusion

Lorsque j’ai débuté dans la photographie, je n’appliquais pas vraiment de méthode pour prendre des photos. J’avais une grande frustration parce que j’avais à chaque fois l’impression de devoir gérer des tonnes de paramètres pour réussir à faire une photo convenable.
Mais en insistant un peu et en lisant beaucoup d’ouvrages sur la technique photo, j’ai mis en place cette méthode me permettant de structurer ma réflexion avant de déclencher.

Je vous invite à essayer cette méthode des 4 questions à se poser avant de déclencher et de me faire un retour en commentaire.

 


Cliquez sur ce lien pour consulter l’astuce N°7


 

 

Partager l'article :
  •  
  •  
  • 57
  •  
  •  
  • 66
    Partages

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu

Recevez l'E-book - 15 astuces pour photographier des enfants