3 erreurs à ne pas commettre pour bien débuter en photo

Lorsqu’on souhaite débuter en photo, on découvre un nouvel univers, du nouveau matériel complexe et bourré de fonctionnalités, une nouvelle façon de s’exprimer, de faire passer des émotions… C’est au moins aussi passionnant qu’intimidant.

Si vous êtes comme moi, mon histoire avec la photo n’a pas toujours été un long fleuve tranquille. Comme beaucoup, j’ai rencontré pas mal de difficultés à mes débuts.

J’en parle dans mon article : La photo – récit d’un changement de vie !

J’ai fait pas mal d’erreurs au point même d’abandonner (temporairement bien heureusement 😉) une passion qui maintenant occupe la quasi-totalité de ma vie.

Finalement tout ne tient qu’à un fil et j’aimerais vous partager les 3 erreurs à ne surtout pas commettre et que j’aurais aimé connaître à mes débuts en photo.

débuter en photo

1- En aucun cas, c’est le matériel qui fait le photographe !

Je sais qu’en lisant ce titre, certains d’entre vous sauront de quoi je veux parler.

C’est une erreur très courante lorsqu’on veut débuter en photo et dans n’importe quel domaine d’ailleurs. On découvre une toute nouvelle passion, on est motivé, enthousiaste et particulièrement fier dès qu’on perçoit le moindre progrès, la moindre amélioration.

débuter en photo

C’est tout à fait normal et c’est d’ailleurs ce qui nous motive à continuer à en apprendre toujours plus. Malheureusement, il arrive toujours un moment où on a l’impression de stagner, de ne plus vraiment avancer comme on le souhaiterait.
Alors, on se trouve des excuses où en tout cas, on se persuade que le problème ne vient pas de nous, mais plutôt du matériel qu’on utilise.

Il nous bride, nous empêche d’arriver à faire les images qu’on voudrait. On est absolument convaincu que le souci vient de là et on en oublie de continuer à apprendre.

Donc, on attend avec une grande impatience le jour où on pourra s’offrir l’objectif tant convoité, l’appareil photo qui fera de nous un(e) meilleur(e) photographe.

débuter en photo

Et ce jour tant attendu arrive. On utilise ce tout nouveau matériel, le saint-graal qui fera de nos images des œuvres d’art, mais les premières photos sont sans appel. La différence n’est pas flagrante.
On se persuade que c’est le début et qu’il faut quand même du temps pour apprivoiser son nouveau matériel, mais rien n’y fait. Le miracle n’opère pas.

Et pourquoi à votre avis ?
Parce que le meilleur appareil photo du monde ne restera qu’un simple outil d’expression.

Utilisez la meilleure peinture et le meilleur pinceau ne fera pas de vous un(e) meilleur(e) peintre. Alors pourquoi en serait-il autrement pour la photo ? Parce qu’il y a une forme d’intelligence embarquée dans nos appareils grâce aux énormes progrès de l’ère numérique ?

Et bien NON !!!

Vous voulez vous démarquer d’une personne qui fait de la photo juste comme ça de temps en temps. Et bien, il faut investir sur vous, sur votre apprentissage. Il faut aiguiser votre œil de photographe, votre sensibilité photographique et votre style.
Ce sont eux qui dicteront vos cadrages, vos compositions, votre utilisation de la lumière, ce qui vous plaît et ce qui ne vous plaît pas, ce que vous voulez mettre en valeur…

L’appareil n’est qu’un outil vous permettant de capturer ce que votre œil voit.

Prenez cette photo.

débuter en photo

Pour un appareil photo (même le plus perfectionné au monde), cette image est totalement ratée. Et d’ailleurs, en automatique, il ne vous permettra pas de la faire.

Pourquoi ?
Tout simplement parce que pour lui, cette photo est trop sous-exposée. Et pourtant, pour moi et je suis certains que pour vous aussi, cette photo est réussie.
Je l’ai prise grâce à ma volonté d’obtenir un tel rendu et non grâce au meilleur appareil photo du marché.
D’ailleurs pour information, elle a été prise avec un reflex Canon eos 550D. Un appareil photo très bon marché. 😉

2- La technique ne fait pas tout !

Je l’ai dit et répété des dizaines de fois sur ce blog et sur ma chaîne YouTube, les bases en photo sont très importantes. Elles sont un passage obligé pour réussir à vraiment vous exprimer et vous éclater en photo.

Le photographe, et peu importe son niveau, n’a que la lumière pour créer des images fortes. C’est la seule matière à sa disposition. Il est donc important de savoir la lire, la comprendre, l’apprivoiser et surtout l’utiliser.

L’ouverture du diaphragme, la vitesse d’obturation et la sensibilité ISO forment ce qu’on appel en photographie, le “Triangle d’exposition”.

Je vous le présente dans cet article : Le Triangle d’exposition 

Ces 3 paramètres représentent la base de la photographie. Leur compréhension et leur maîtrise n’est pas une option, mais une obligation.
Malheureusement, il est très fréquent de ne jurer que par la technique au point de rendre votre pratique photographique très mécanique. Il faut faire ça dans telle situation, et ceci dans telle autre…

Tout devient très robotique parce qu’on veut absolument que nos photos soient techniquement irréprochables. Mais on en oublie l’essentiel : raconter une histoire, faire passer une émotion, un sentiment, capturer un moment fort, interagir avec les personnes que vous photographiez.

En ne jurant que par la technique, vous en étouffez votre créativité. Elle ne peut s’exprimer pleinement si toute votre attention est portée sur la technique.

Elle n’est pas une finalité, mais simplement la connaissance nécessaire pour utiliser la lumière à votre avantage et dans le seul but de servir votre créativité.

débuter en photo

Vous devez sous-exposer, ne pas respecter la règle de tiers, jouer avec le floue dans le seul but de rendre vos images plus fortes. Alors faites-le !

La technique vous permettra de comprendre les codes de la photo, de vous donner un cadre, une ligne directrice, mais en aucun de créer des images fortes.

Encore une fois, c’est votre œil de photographe qui fera la différence. Et c’est lui que vous devez aiguiser si vous voulez aller plus loin.

Arrêter de se comparer aux autres !

C’est une erreur malheureusement très courante dès qu’on veut débuter en photo. Grâce au net et à toutes les plateformes permettant de partager ses photos, il est très simple de tomber dans le jeu de la comparaison, de se comparer aux autres sans réellement savoir qui sont ces “Autres”.

Si ça se trouve, sans le savoir, au travers d’une simple image trouvée sur Pinterest, vous vous comparez à un photographe ayant plus de 10 ans d’expérience.
Vous êtes en train de faire un jugement de valeur alors que vous ne faites de la photo que depuis 6 mois, 1 an… Du coup, vous avez le sentiment d’être incapable de faire de belles photos et c’est démoralisant.

La photographie est pratiquée par des millions de personnes à travers le monde. Les photos postées sur le net ont subies tout un tas d’étapes avant d’arriver devant vos yeux.
Vous ne connaissez ni le photographe qui a pris la photo, ni l’histoire, la démarche, l’approche artistique et technique qu’il y a eu derrière cette photo. Si ça trouve, il a fallu 10h de post-traitement pour arriver à cette image. Il a peut-être fallu également la reprendre des dizaines de fois avant d’arriver au résultat que vous voyez.

Et pourtant, elle vous servira à tailler en pièces VOTRE travail.

Il faut parfois prendre du recul sur ses photos, avoir l’œil critique voir les soumettre à l’avis d’autres photographes.

J’en parle justement dans cet article : Être critiqué pour progresser en photo !

Le plus important n’est pas de se focaliser sur le niveau des autres, mais plutôt sur votre apprentissage, votre progression.

Aller puiser l’inspiration chez d’autres photographes est une très bonne approche. Mais se servir de leur travail comme jugement de valeur n’est pas une solution.
C’est même pire, c’est totalement destructeur.

Ayez votre propre approche photographique, votre propre style. Trouver ce qui vous plaît, ce qui vous permet d’être plus créatif(ve). Pratiquez, apprenez de vos erreurs, appréciez vos succès, mais ne prenez jamais une photo au hasard sur le net comme juge de paix.

C’est la pire erreur à faire et croyez-moi, j’en ai fait la désagréable expérience.

Prenez les bonnes décisions pour bien débuter en photo

Les 3 points que j’ai abordés dans cet article sont à mon sens les principales erreurs à ne surtout pas commettre lorsqu’on débute en photo.
J’en suis pleinement convaincu parce que je les ai moi-même toutes faites et c’est la raison pour laquelle mes débuts en photo ont étés si chaotiques.

J’y ai perdu du temps, de l’énergie et de l’argent ce qui ne permet pas un apprentissage et une progression efficace et plaisante.
Malheureusement, je n’ai eu personne pour me remettre sur la bonne voie tout du moins au début.

Par contre, VOUS, vous n’avez plus aucune excuse !!! 😉

Venez partager en commentaire les pires erreurs que vous avez commises à vos débuts. Je suis certains que ça aidera d’autres lecteurs.

Cet article a 6 commentaires

  1. Anne l'or

    Bonjour Jeremy,

    Mon exemple : je ne connais pas bien mon appareil et j’écoute trop les rares conseils de vendeur qui pensent certainement que je maitrise d’avantage mon matériel, donc je touche a des endroit que je devrai laisser tel quel, et alors lorsqu’au hasard j’ai besoin de faire des photos, je ne fais rien de bon ! Cela m’est encore arrivée dernierement , c’est a avoir un mal de tête , je me maudit !! J’ai de la chance d’avoir qlqu’un qui s’y entend, je ne l’aurai pas a chaque fois , j’en ai pris conscience. Voilà

  2. Agnès

    Mon erreur à moi c’est de passer énormément de temps sur le net pour lire des articles en espérant que ça améliorera mes photos. Résultat je connais tous les réglage de mon appareil photo mais je ne pratique pas suffisamment pour qu’il y ai une évolution de la qualité de mes photos. Je prend des photos depuis que je suis au collège et c’est seulement depuis 5 ans que je fais des recherches sur les techniques utilisées. Malheureusement mon niveau est digne d’un débutant qui vient de s’acheter son premier appareil lol. Merci pour tout tes articles très instructifs, surtout ceux qui visent à nous sortir des schémas classiques du genre “dit cheese”.

  3. Gaubert

    Bonjour

    Tout à fait d’accord avec ce constat, je ne refais de la photo que depuis deux ans , et il m’arrive quelquefois d’avoir à appréhender mes réglages dans certaines situations

    1. Jérémy Legris

      Bonjour Gaubert,
      Et c’est tout à fait normal. C’est la pratique qui permet de se sentir plus à l’aise derrière son appareil photo. 😉

  4. CUGUILLERE Maryse

    Bonjour,
    Pas de comparaison pour moi, je suis consciente de mon niveau. Je fais de la photo depuis un certain temps seulement, je ne pratique pas assez et donc avec mon âge et mes pertes de mémoires, j’ai du mal à mémoriser les fonctions de mon appareil un NIKON D90. Là où le bât blesse, c’est surtout lorsque je fais des photos de sujet en mouvement mes photos sont souvent floues, je ne maîtrise pas. Pourquoi précisez-vous de sous-exposer nos photos, est-ce parce qu’il est plus facile d’y remédier lors du post traitement qu’en cas de sur-exposition ? Les photos données en exemple sont très belles, l’une concernant justement le sujet en mouvement, l’autre concernant la sous-exposition, il s’agit là de techniques que je ne possède pas bien. Je ne parle pas ici de la créativité de vos photos que je ne posséderai sans doute jamais, il n’est pas également question de comparaison entre les miennes , les vôtres ou celles d”autres photographes mais de techniques qu’il me faudrait appréhender afin d’éviter des erreurs. Sans doute s’acquièrent-elles par un passage obligé dans une formation mais voilà mes moyens ne me permettent pas de m’y inscrire. Alors je reste humblement vis-à-vis de mes réalisations et j’essai avant tout de me faire plaisir et de laisser à ma famille des souvenirs du temps qui passe même si ces témoignages sont très loin d’être des œuvres d’art. Merci pour le temps passé à échanger avec nous. Bonne journée.

    1. Jérémy Legris

      Bonjour Maryse,
      La photo en mouvement est toujours une chose très compliquée. Il y a beaucoup de composantes qui entrent en ligne de compte et ce n’est pas toujours évident de les gérer, en tout cas au début. Il faut s’exercer, faire des tests, se mettre dans des situations différentes pour comprendre ce qui peut marcher et ce qui ne peut pas. Pour une photo en mouvement, votre priorité doit restée la vitesse d’obturation. Si vos photos sont floues, c’est sans doute que la vitesse est un peu trop lente pour réussir à figer le mouvement. 😉
      Concernant la sous-exposition, c’est exactement ça. C’est plus simple à réajuster en post-traitement à partir du moment où vous utilisez le format Raw pour vos photos. 😉
      La technique est un passage obligé pour réussir à s’épanouir et à s’exprimer comme on le souhaite en photo. Ce n’est pas forcément l’élément le plus passionnant à travailler, mais c’est en se libérant de la technique que vous pourrez mettre toute votre attention sur la composition, le cadrage et donc la créativité !

      Il est tout à fait possible d’apprendre seul et de s’en sortir. Pour ma part, j’ai essayé, mais je me suis très vite perdu. C’est en me formant réellement que j’ai pu progresser bien plus rapidement que je ne l’aurais fait seul. La formation apporte un cadre d’apprentissage et permet surtout de ne pas partir dans tous les sens.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.