Les 4 commandements du Photographe Paresseux (8/52)

Je profite de l’astuce de cette semaine pour vous partager les règles majeures et intangibles du Photographe Paresseux.

Cet article n’est pas fait pour vous convertir immédiatement en photographe paresseux, mais plutôt de vous familiariser avec ces principes. C’est une façon de penser et d’agir qui n’est pas donné à tout le monde. Libre à vous de la suivre. 😉

 

1- Tu ne bougeras point

Il est très important que je ne me fatigue pas trop à prendre des photos.
Le tout est de trouver un bon emplacement où je peux m’asseoir et attendre le bon moment pour déclencher.

Je préfère attendre que le sujet se rapproche de moi plutôt que de devoir m’avancer vers luiC’est moi le photographe donc c’est à lui de venir vers moi s’il veut être pris en photo. Pas l’inverse !!!

Comme ça, je suis certain de rater des moments importants, des émotions, des expressions naturelles
Mes photos seront sans réel intérêt, mais j’aurai quand même des photos et c’est pour ça que je suis venu.

Et la différence avec ces photographes qui brassent du vent, je ne serais pas fatigué et je pourrais faire des photos pendant des heures.

 

2- Ta position assise, tu ne changeras pas

Vous êtes d’accord avec moi pour dire que si je ne bouge pas de ma place assise, il n’est pas nécessaire de me tortiller dans tous les sens.
Pas besoin, j’ai une place en or, bien calé. Pourquoi j’irais me mettre à courir dans tous les sens, à m’accroupir voire m’allonger, à monter sur un mur, une chaise et j’en passe.

Tout ça pour avoir le bon cadrage, le bon angle de vue, la bonne émotion qui ferait d’une simple photo, une image sublime.

 

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu:   6 Idées photos d'enfant au naturel

3- Zoomer sera ta seule préoccupation

Franchement, pourquoi j’irai me coller au nez de mon enfant en train de faire de la balançoire alors que je peux le prendre en photo à 5m derrière mon verre de pastis.

C’est hallucinant les progrès des zooms actuels. On peut littéralement prendre une photo de très loin.

Du coup, ça me permet de me placer à un endroit et de zoomer/dézoomer tout en prenant des dizaines de photos. Alors oui, elles sont quasiment toutes identiques, mais quand même, c’est top comme possibilité.
Je pourrais très bien me déplacer autour de la balançoire en utilisant mon zoom pour affiner le cadrage et la composition, mais c’est contraire aux deux premiers commandements.

En plus, cette technique me permettrait seulement de faire des compositions originales en plongée, en contre-plongée, de dos, de profil, tronquée et j’en passe… Alors pourquoi me fatiguer ?
Je pourrais dans le même temps maîtriser mon cadrage et gérer les éléments que j’inclurai dans mes photos.
Tout ça pourquoi ? Faire de belles photos !

Non, en restant sur ma chaise, je peux à la fois prendre mon enfant en photo et prendre une gorgée de pastis tout en discutant avec mon pote.
Pourquoi faire une seule chose à la fois alors qu’avec la puissance du zoom, je peux en faire 3 en même temps.

 

4- Interagir ne sera pas une nécessité

Ça paraît évident et ça l’est !
Vous vous doutez bien que si je suis en train de siroter une Tequila Sunrise en terrasse, je ne peux pas interagir avec mon fiston.

Donc ce que je fais, c’est poser mon appareil photo à porté de main et regarder mon fils s’amuser pendant que je déguste mon cocktail. Ce qui me permet de passer du bon temps en étant certain de ne rien partager avec mon fils.

Franchement, je pourrais très bien aller jouer avec lui, proposer des poses rigolotes, chahuter, rire aux éclats.
Mais à part partager un super moment de complicité et faire dans le même temps des photos pleines d’émotions, des photos qui montrent la personnalité, le caractère de mon fils, des photos qui racontent une histoire, qui font passer une émotion, je ne vois pas bien ce que j’y gagnerai de plus.

 

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu:   50mm f/1.8 - L'objectif qui fera de vous un meilleur photographe (37/52)

Le résumé du Photographe Paresseux

Il me tenait à cœur de partager avec vous ces 4 commandements qui dictent ma pratique de la photo et qui font de moi un photographe paresseux accomplit.

En suivant ces 4 règles majeures, vous êtes certains de faire des photos insipides, sans intérêts, d’une platitude absolue. Dans le même temps, elles vous permettront de ne pas progresser dans la manière de construire une photo.
La composition, le cadrage, l’émotion, le ressenti du moment, la recherche de la photo sublime, originale, rigolote, hilarante, bouleversante, tout ça n’est finalement pas très intéressant.
L’avantage avec ma méthode, c’est que ce sera le cadet de vos soucis. Vous regardez, vous prenez l’appareil photo et vous déclenchez.
Pas de questions, pas de réflexions, pas de plaisir et bien sûr pas de photos valables.

Mais bon, ce n’est pas grave, mon enfant n’a qu’une enfance. On verra bien plus tard.

Voilà, j’espère vous avoir convaincu des bienfaits de cette méthode. Venez partager avec moi en commentaire vos commandements qui dictent votre pratique de la photo. Je suis impatient d’en débattre avec vous.

 


Cliquez sur ce lien pour consulter l’astuce N°9


 

Partager l'article :
  •  
  •  
  • 146
  •  
  •  
  • 162
    Partages

Cet article a 2 commentaires

  1. Article hilarant ! Rien de tel que l’humour pour faire passer le message… j’ai tout compris !!!!

    1. Bonjour Madeleine,

      Ravi qu’il vous ai plu. Effectivement, je trouve que le ton humoristique va très à ce sujet.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu

Recevez l'E-book - 15 astuces pour photographier des enfants